Lectures 2012

LISE DANS LES FLAQUES

Lundi 3 décembre

LISE DANS LES FLAQUES

Ecriture, jeu et mise en lecture Sandrine Delsaux

« Dans une ville de province, au milieu dune nuit daverses, une femme entre dans un bar. Assoiffée et perdue, elle attend que lon vienne la servir. Elle appelle, sagite pour quon la remarque, mais le bar reste vide de toute apparition. Elle sélance alors dans une logorrhée, à la fois joyeuse et désespérée… »


RIMBALDO

Lundi 26 novembre

RIMBALDO de Serge Filippini

Mise en lecture Claude Leblond avec Didier Bailly, Grégoire Bourbier, Roger Défossez, Jean-Pierre Ducos, Sophie Fontaine, Valérie Jeannet, Laurent Suire, Hedi Tarkani

« Le sujet de la pièce est une photographie désormais bien connue sur laquelle figure le poète Français Arthur Rimbaud.

Nous sommes à Aden à la fin août 1880. Exactement sur la terrasse de l’hôtel de l’Univers que fréquentent des explorateurs et des Européens établis en ville. La pièce raconte en temps réel les quelques 60 minutes qui précèdent le moment où le cliché sera pris. »

 


VOTRE MAMAN

Lundi 24 septembre

VOTRE MAMAN de Jean-Claude Grumberg

Mise en lecture Jacques Legré

Avec Thérèse Quentin, Michel Ouimet, Serge Noël, Gonzague Phélip

Cinq visites, comme cinq intermèdes ante mortem, sous forme de dialogues théâtraux teintés d’absurde, entre une mère victime d’Alzheimer, son fils et le directeur d’une maison médicalisée. Un texte déroutant, faussement joyeux, qui ouvre de manière inattendue une porte sur la légèreté.

Texte paru aux éditions Actes Sud


ERWIN MOTOR

Lundi 18 juin

ERWIN MOTOR de Magali Mougel

Mise en lecture Julie Barant

Avec Grégoire Bourbier, Mathilde Gentil, Lisa Livane et Michel Tavernier

Erwin Motor est une petite entreprise de sous-traitance automobile. Y est employée, la nuit, sur une chaine de montage, la jeune Cécile Volanges, ouvrière modèle dont l’obstination et la fierté se heurtent à l’incompréhension de son mari. A l’usine, cependant, un homme veille au bon déroulement des tâches, Monsieur Talzberg. Il surveille ses ouvrières de près, voire de trop près, par des moyens qui lui sont propres. En effet, tandis que la directrice d’Erwin Motor, Madame Merteuil, agite la menace d’une délocalisation, comment agir sur la baisse de production ? Où chercher le coupable ? Ou plutôt la coupable. Et l’étau se ressert autour de Cécile – une nouvelle forme de liaison dangereuse.


LE PERE

Lundi 4 juin

LE PERE de Guy Régis Junior

Mise en lecture Serge Noël

Avec Betty Bussman, Marie Noëlle Eusèbe, Mike Fédée, Marcel Mankita et Aïssatou Thiam

Une famille Caribéenne se réunit pour célébrer la veillée de celui qu’on appelait Le père, en préparation de ses funérailles, le lendemain. Devant le mort, la longue famille se défile ; une famille dont les membres ne se réunissent et ne se rencontrent que pendant les fêtes de première communion, les mariages et les décès. Les proches parents du mort sont assis les uns à côtés des autres, en rang. Ils comptent les arrivants, démêlent les ficelles de leur détresse devant ce corps qui leur revient inerte et sans vie des Etats-Unis. Tout au long de cette dernière célébration du père, ils étalent – nous laissant découvrir ainsi leur dure et accablante vie.


116 RUE LEPIC

Lundi 26 mars

116 RUE LEPIC dAlexis Furic

Mise en lecture Emilie Chevrillon

Avec Marc Beaudin, Valérie Choquard et Jacqueline Staup

Que peuvent échanger un jeune homme de 30 ans et une vieille dame de 83 ans ? Qu’ont-ils à se dire ? Lui est censé la soigner. Elle voudrait soit disant mourir …


GALIMATIAS

Jeudi 15 mars

GALIMATIAS de Magali Floersheim-Barney

Mise en scène Patrick Floersheim

Avec Mireille Delcroix et Lola Roskis
Galimatias évoque une rencontre, peut-être, entre deux femmes, sur une année. Elles se voient régulièrement, mais nous ne partageons que quatre de leurs entrevues : Septembre, Décembre, Avril et Juillet. Nana a 20 ans, Mimi a plus de 60 ans. Galimatias ne raconte pas une « histoire », c’est une ballade. Quand Mimi dit-elle la vérité ? Tout le temps et jamais. Quand Nana comprend-elle Mimi ? Tout le temps et jamais. Nana ne sait pas ce qui gronde en elle ni par où passer pour s’apaiser. Mimi va lui montrer un chemin possible, et disparaître. Nana ne comprendra qu’après, peut-être.


COUSINADE

Lundi 27 février

COUSINADE de Bruno Martet

Mise en lecture Véronique Barrault

Avec Fred Saurel et Bob Martet
Deux cousins se retrouvent dans une chambre d’hôtel après avoir passé 10 ans sans se voir. Ils doivent enterrer le grand-père qui vient de mourir. Ils se connaissent bien, ayant été élevés, tous les deux, par les grands-parents. Ce fut une jeunesse difficile… Il faut cependant continuer à vivre, et ils sont l’un pour l’autre leur seule famille. Parce que sans amour… A quoi ça sert, tout ça ?


DRACULA…MON HISTOIRE

Mardi 31 janvier

DRACULA MON HISTOIRE de Alan Committie et Gaétan Schmid

Adaptation et mise en lecture Nathalie Juvet

Avec : Adriano Sinivia et Bernard Gabay

Délire comique et sensuel ! Ce qui a guidé mon désir de mettre en scène cette pièce, c’est le fait que les auteurs ont abordé ce mythe au cours d’improvisations, lui donnant une construction rythmique d’une efficacité rare. Leur choix dramaturgique impose une place prépondérante au jeu des acteurs, contraints d’interpréter, dans l’urgence tous les personnages. La complicité avec le public, renforcée par sa participation involontaire, et la forme audacieuse de l’écriture, inscrit cette adaptation de Dracula dans la veine des meilleurs œuvres d’humour anglo-saxonne.

Nathalie Juvet


Oniroplasmie

Lundi 28 janvier

 

ONIROPLASMIE de Jean Reinert

Mise en lecture Hélène Cohen

Avec Didier Bailly, Olivier Cherki, Sophie Fontaine, Guy Moign, Laura Pelerins, Jean-Marie Sirgue, Marie Thomas

 

« Oniroplasmie est une farce tragique dans laquelle des metaphors comme « avoir le coeur sur la main » ou « voir avec les yeux d’un autre » sont à prendre au pied de la lettre. Cela se passe dans un joyeux enfer dont les cercles sont ceux du pouvoir, de la société du spectacle, de l’argent, de la marchandisation du monde, de la marchandisation de l’être humain, du déclassement et de l’exclusion. Ce n’est pas drôle et pourtant, cela prête beaucoup à rire. »