La rentrée créative

Home / Creation -fr / La rentrée créative

En résumé

La rentrée créative rend la rentrée récréative. Ici on joue avec  les codes. Des textes d’hommes dit par des femmes, un Tchekhov comme vous ne l’avez jamais perçu…Et si l’idée qu’on se faisait des textes n’était qu’une idée reçue par un expéditeur à remettre en question.

15 et 17 octobre :

Les Méfaits du mariage sur la santé mentale des plus de 50 ans

d’après Anton Tcheckhov, avec Alain Payen.

Nioukine, la cinquantaine, doit faire une conférence à la demande sa femme sur les méfaits du tabac, dans un but de bienfaisance. Il sera peu question de tabac mais plutôt des lamentations d’un homme que sa femme tyrannise depuis 33 ans et qui profite de ce bref instant de liberté pour débonder son cœur.

29 et 31 octobre :

Ma Mère avait raison

d’après Sacha Guitry, avec Marie Cuvelier et Emilie Chevrillon.

Où l’on voit deux comédiennes (et un comédien) s’emparer avec malice du théâtre aujourd’hui controversé de Sacha Guitry en inversant les points de vue.
Puisqu’on parle de sexes opposés, peut on symétriquement renverser les arguments? Un exercice de « genre ».

5 et 7 novembre :

Des Femmes

de Regis Martrin Donos, avec Fernanda Barth.

Une seule actrice inspirée et radieuse incarne huit portraits de femmes d’époques, de milieux et de sensibilités différentes.

12 et 14 novembre :

Adolphe

de Benjamin Constant, avec Dominique Scheer

Libre adaptation du roman de Benjamin Constant.

« La grande question dans la vie, c’est la douleur que l’on cause, et la métaphysique la plus ingénieuse ne justifie pas l’homme qui a déchiré le cœur qui l’aimait ». Adolphe, jeune aristocrate, veut, pour flatter son amour propre et satisfaire sa vanité, aimer et être aimé. Il jettera son dévolu sur Ellenore, aristocrate d’origine polonaise suffisamment belle et distinguée pour lui inspirer de l’amour et le pousser à tout faire pour qu’elle ne puisse lui résister. Chef d’œuvre de la littérature romantique, le roman « Adolphe » de Benjamin Constant, raconte, du point vue masculin, l’inexorable décomposition de cette relation amoureuse. Cette introspection sera-t-elle perçue différemment si Adolphe est une femme ? Entre l’être aimé et l’être aimant la responsabilité de l’échec changera-t-elle de camp ?

En Bref !

  • De : divers
  • Avec : multi distribution
  • Mise en scène des artistes
  • Régie : Yves Thuillier
  • Durée : 1h environ

Samedi 21h et lundi 19h

A partir du 15 octobre 2022

En images

En vidéos

Presse

Partager sur :